Affaire Tunda : Le premier ministre à couteau tiré avec le chef de l’État, Félix Tshisekedi (Proches)

0

Après l’interpellation et audition ainsi que le relâchement du vice-premier ministre en charge de la justice et garde des sceaux, Celestin Tunda, un communiqué a été rendu public au nom de ce dernier faisant quoi du probable démission du gouvernement.

Cette déclaration émanait de la réunion présidé en urgence par Sylvestre Ilunga 1er ministre avec les vices -premiers ministres et ministres du FCC.

Albert Lieke Milay porte-parole du 1er ministre a, dans sa communication témoigné que l’arrestation viole tout de même le secret du conseil des ministres et ne rencontre pas la procedure de flagrance.

“Les membres du gouvernement desapprouve l’arrestation et ne rencontre pas l’infraction de la flagrance, il viole secret de délibération du conseil des ministres, cet incident grave et sans précédent est de nature à fragiliser la stabilité, le fonctionnement du harmonieux des institutions et à provoquer la démission du gouvernement”, a-t-il écrit.

En outre le 1er ministre a demandé au chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi d’instruire le Conseil Supérieur de la Magistrature afin qu’il puisse prendre des mesures nécessaires pour les auteurs du crime.

Pour la petite histoire, cette arrestation fait suite à l’avis non favorable du conseil des ministres sur les lois Minaku et Sakata qui menace la coalition FCC-CACH.

D’après nos sources, le probable démission du gouvernement aurait été poussée par Nehemie Mwilanya, coordonateur du FCC lors d’une réunion élargie avec sa famille politique.

N’ayant pas été satisfait Sylvestre Ilunga Ilunkamba avait refuser catégoriquement la proposition des ses collègues politiques.

Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici