Tshopo: “Je souffre de voir que notre province court le ridicule et fait déjà l’objet de la risée de tout notre pays” (Dismas Kitenge)

0

Face à une éventuelle crise institutionnelle qui se profile dans la province de la Tshopo, le président du Groupe LOTUS, une ONG des défenses des droits humains, se dit écoeuré de faire une lecture de “ridicule” de tout ce qui se passe dans cette jeune province, qui attend depuis le démembrement de la grande Orientale son décollage vers l’émergence.

Dismas Kitenge ne vas pas dans le dos de la cuillère afin de condamner ce qui se passe dans la Tshopo. D’après lui, il y a manque de dialogue pour décrisper tant soit peu cette tension politique intentionnelle.

« Vous ne pouvez imaginer combien je souffre de l’actualité qui se passe dans notre province avec cette crise institutionnelle, créée intentionnellement par le manque de dialogue sincère, ouvert, l’orgueil, l’ égoïsme et la dureté de coeur humain.
Je souffre de voir que notre province court le ridicule et fait déjà l’objet de la risée de tout notre pays. Je pense à l’adage que mes parents aimaient me répéter à la suite de ce qu’ils ont vécu pendant la rébellion de 1964: Oliyo liyo. Les vrais boyomais de ma génération et d’après le savent : le sauve qui peut, le chacun pour soi, l’égoïsme, le sadisme, la jalousie, la trahison, le manque d’unité.»
indique Dismas Kitenge.

À lui de s’interroger, « Le comportement actuel de beaucoup de nos dirigeants et de notre élite ne viendrait-t-il pas donner raison à ceux qui disent que l’ennemi de la Tshopo est la Tshopo ? »

“La Tshopo ne mérite pas ce spectacle qu’on nous offre. Avec un sursaut d’orgueil, engageons nous à résoudre pacifiquement cette crise humaine. Au lieu de continuer à diviser et détruire notre propre honneur et fierté que constituent notre province, unissons-nous, parlons le langage de la paix et mettons nous ensemble pour régler cette question.” a-t-il conclu dans un message parvenu à ALAUNERDC.

Soulignons que depuis le Gouverneur de la province de la Tshopo, Walle Lufungula est au cœur d’une motion de censure des députés provinciaux. Ce dernier n’est pas du tout d’accord avec le prédisent de l’Assemblée provinciale qu’il l’a officiellement saisi pour ce faire en date du 27 juin, le déclarant démissionnaire avec tout son gouvernement après les différents résultats du vote.

Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici